Revenir

Publié le par NmNomador

Le home-sitting en 2015 : nouveaux home-sitters, nouveaux besoins, autres perspectives.

Si vous lisez cet article en ce moment, c’est probablement que vous avez déjà pensé «Le home-sitting pour nos prochaines vacances ? Quelle bonne idée, pourquoi ne pas essayer !».  Mais le marché a tellement évolué ces dernières années qu’il est important d'en connaître les usages, de comprendre et d'apprendre à utiliser les nouveaux outils.

Mariannig Ferrari, la fondatrice de Nomador, accompagne ce marché depuis des années et l'a vu se métamorphoser. Elle l’a connu à l’époque où il était encore très confidentiel, à l’époque des listes qui arrivaient par la Poste dans votre boîte à lettres.  Elle a été parmi les premiers en Europe à lancer une Agence de mise en relation sur internet, en créant Ilidor en 2007. Dix ans plus tard, sa passion l’a enfin poussée à lancer en 2014 Nomador, une plateforme internationale de home-sitting dans l’esprit de la consommation collaborative.
Découvrons ici les grands changements qu'elle a constatés : selon elle, bien comprendre les évolutions du marché permet d’améliorer les chances de nouer des contacts, de réussir un échange dans lequel entrent en jeu des fondamentaux de la vie que sont une maison, des animaux, des vacances.

"Depuis quelques années on assiste à un nouveau phénomène qui bouleverse les échanges entre particuliers."

Quels sont les changements que vous avez constatés en 10 ans sur la marché du home-sitting ?

Les changements ont été énormes ! Ils ont suivi l’évolution de l’internet, du développement des terminaux mobiles comme les smarphones, les tablettes etc … Je me souviens qu’en 2005, les agences de home-sitting, alors très peu nombreuses, passaient des publicités dans la presse spécialisée pour les retraités (par ex Notre Temps, Pleine Vie… ), pour se faire connaitre des home-sitters. Les candidats recevaient par La Poste un dossier à remplir et le renvoyaient ensuite toujours par courrier postal, avec des justificatifs d’identité divers. C’était d’ailleurs souvent le principal travail effectué par les agences : trouver des retraités volontaires et vérifier des pièces d’identité. Elles leur envoyaient ensuite régulièrement, par courrier, des listes d’offres proposées. Et c’était généralement celui qui décrochait son téléphone le plus vite qui réservait un séjour. Les agences facturaient des honoraires, le plus souvent simplement pour constituer ces listes et traiter des documents d’identité. Mais il faut bien comprendre qu’avant internet, propriétaires et home-sitters n’avaient aucun autre moyen de se mettre en contact que de passer par un professionnel. Et tout ce travail (publicité, mise sous plis, vérifications etc..), était onéreux pour les agences.
Vers 2006 ou 2007, l’essor d’internet a permis de passer à une autre étape dans le traitement d’une offre : les propriétaires découvraient le home-sitting plus facilement, le traitement des inscriptions se simplifiait, ainsi que le mode de diffusion des annonces - par mailing lists ou dans des espaces privés. Se sont développés parallèlement, toujours grâce à l'internet, des échanges directs entre propriétaires et home-sitters (par exemple sur des forums ou sur des sites d’annonces gratuites).
Mais depuis quelques années on assiste à un nouveau phénomène qui bouleverse les échanges entre particuliers : l’essor de la consommation collaborative et la naissance de «plateformes» spécialisées sur une activité donnée. Elles permettent à des particuliers de se mettre en relation directement en diffusant des annnonces ou en y répondant, selon des critères qui leur sont propres : besoin, dates, affinités, etc…

Pour citer les sites les plus connus prenons l’exemple des plateformes de co-voiturage comme Blablacar, comme AirBnb dans le secteur de l’hébergement, ou bien d’autres sites de la consommation collaborative.
Les usagers se retrouvent aujourd'hui sur des plateformes dédiées à leur besoin, sur lesquelles ils peuvent facilement s’organiser. Le secteur du home-sitting n’échappe pas à cette évolution.
Tout ceci a complètement changé le marché, les habitudes, ainsi que le profil des personnes qui pratiquent le home-sitting. Qu’ils fassent garder leur maison, ou qu’ils gardent des maisons.

"Le home-sitter heureux de 2015, c’est quelqu’un qui a un esprit de voyageur et d’explorateur, qui s’intéresse à d’autres cultures, d’autres habitudes."

En quoi le profil des home-sitters de 2015 est-il différent ?

Aujourd’hui sur une plateforme comme Nomador la communauté est très variée :

  •  des retraités européens, comme dans les agences classiques européennes, et beaucoup de retraités canadiens et australiens qui veulent découvrir l'Europe,
  •  des couples plus jeunes, mobiles à l’international. Par exemple, beaucoup de «Digital nomads» ou «Nomades digitaux», des voyageurs ou bloggers qui découvrent le monde tout en travaillant à distance, et pour lesquels garder des maisons est une façon de passer plusieurs mois au même endroit pour découvrir un pays de l’intérieur. Leur profil convient très bien à cette activité car ce sont souvent de grands amis des bêtes (à force de garder des animaux ils sont expérimentés), et puis, quand ils travaillent ils sont sédentaires dans la maison, ce qui convient bien à certains propriétaires.
  • de jeunes couples qui font une ou deux années de "Gap year" (pause dans les études) pour voyager,
  • des "parents solo" avec un enfant jeune, à qui cela permet de partir en vacances à moindres frais. Les enfants sont très demandeurs, passer des vacances avec animaux, pour eux c'est le bonheur !
  • et il y a aussi un certain nombre d'étudiants, américains et canadiens principalement. Mais c'est plus difficile pour eux d'obtenir des réponses (pour le moment).

Les aspirations également ont changé. Les voyageurs sont davantage à la recherche de solutions plus humaines, plus en contact avec la vie locale, et c’est souvent cette envie de création de liens et de se rendre utile qui motive les home-sitters d’aujourd’hui. On est heureusement loin de l’époque où une certaine presse aimait titrer «Bon plan : partez en vacances gratuitement en gardant des villas de luxe !». Ce qui n'était pas, avouons-le, très valorisant pour des home-sitters dévoués avant tout au service rendu.
Bien sûr l’avantage économique reste important, car économiser un loyer permet de rester sur place plus longtemps, ou de partir plus souvent, ou bien de consacrer le budget économisé à des activités enrichissantes (visites culturelles, gastronomie locale, etc..). Mais l’argent est rarement la motivation essentielle.
Car globalement, leur vrai moteur, c’est le plaisir des découvertes, l'envie de rendre service et la curiosité de s’ouvrir au monde.

En gros : le home-sitter heureux de 2015, c’est quelqu’un qui a un esprit de voyageur et d’explorateur, qui s’intéresse à d’autres cultures, d’autres habitudes. Pas celui qui a un esprit de touriste pur. Et c’est obligatoirement un ami des bêtes ! Car les animaux sont au coeur du home-sitting, ils déclenchent souvent le besoin de faire garder une maison.

"La nouvelle génération de home-sitters est très à l’aise avec les plateformes et avec les réseaux sociaux."

Pour un home-sitter, qu’est-ce que cela implique ? Comment les français doivent-ils s’adapter ?

Cela dépend beaucoup des générations et de l’âge. La nouvelle génération de home-sitters est très à l’aise avec les plateformes et avec les réseaux sociaux qui permettent de suivre l’actualité des sites, comme par exemple la page Facebook de Nomador. Grâce aux réseaux sociaux, ils trouvent plein de conseils, des comparateurs de sites, des ressources diverses, (par exemple des Ebooks comme celui de HeckticTravels pour apprendre à se présenter comme home-sitter, ou des formations en ligne comme celle de HouseSitting Academy, des blogs divers avec des expériences et des conseils etc.. Nous pubions aussi de nombreux conseils pour apprendre à se présenter.
La génération précédente - notamment celle des home-sitters français habitués aux agences - a un peu plus de mal, c’est inévitable. C’est tout un apprentissage. Certains ne sont pas habitués à télécharger des documents, ils ne comprennent pas l'utilité d'un profil, etc… Le plus dur pour eux je crois, c’est de savoir se présenter, et parfois ils se sentent blessés de ne pas recevoir de réponse. Mais c’est souvent parce que leur premier message de présentation n’est pas adapté et que leur profil est incomplet, alors que d’autres savent les rédiger comme ils le feraient pour un CV. Nous voyons passer passer des messages comme «Nous sommes libres aux dates qui vous intéressent, merci de nous appeler au numéro suivant" , avec un profil vide quand on clique dessus. Ces personnes ont peu de chances d’obtenir une réponse au début... Mais ils apprendront ! Il faut les informer, leur apprendre les nouveaux usages, il faut qu'ils aient envie de comprendre ces nouveaux outils. Et puis c'est à force de se servir des outils que l'on apprend !

Et côté propriétaires, ceux qui publient une annonce pour leur maison, quels changements constatez-vous ?

Une plateforme, en proposant une formule gratuite, ouvre la solution à des propriétaires plus jeunes, souvent plus habitués à internet, plus prêts à faire confiance, ou en tous cas capables de passer du temps pour approfondir un contact. Mais pour certains propriétaires, il est vrai que comme pour les home-sitters il faut aussi un peu d’adaptation. Ils ne sont pas encore très habitués à utiliser des plateformes. Mais globalement, ils comprennent bien comment publier une annonce et répondre aux candidats, et nous faisons sans arrêt des améliorations sur la plateforme. Nous aimerions cependant qu'ils comprennent bien l'importance de répondre à tout candidat qui s'est donné le mal de leur écrire un message approfondi et sympathique. Même si c'est une réponse négative... car à l'autre bout, il y a une personne, qui a investi du temps, qui a parfois commencé à rêver un peu.

Selon vous, quels sont les avantages que présente une plateforme comme Nomador ?

Les avantages sont nombreux :

  • proposer une solution plus économique, donc ouvrir la solution à beaucoup plus de voyageurs amis des bêtes.
  • comme c'est gratuit, l'argent économisé sur le budget garde d'animaux est autant d'argent l'on peut consacrer à autre chose (par exemple, un bon suivi vétérinaire pendant l'année). C'est important, en période d'austérité économique.
  • pour nous, lancer cette plateforme était aussi un moyen de permettre aux français qui vivent en Ile-de-France des chances de trouver des home-sitters. Cela fait des années que toutes les agences constatent que les retraités français n'ont pas envie de passer l'été en région parisienne. Alors que pour des Canadiens ou des Australiens, c’est le voyage de l’année !
  • et puis bien sûr, permettre à des familles de différents pays de construire des liens. C'est tellement utile aujourd'hui ! les amitiés internationales sont des amitiés qui durent souvent dans le temps. Et se transmettent aussi aux enfants ! les conséquences peuvent être inattendues et nombreuses pour notre jeunesse qui cherche des stages ou des expériences à l'international.

C’est merveilleux, quand on aime un métier, de voir que la technique permet de le faire évoluer et d’en faire profiter, à moindre coût, un maximum de familles de différents endroits du globe !

Vous n’avez pas peur que Nomador fasse de la concurrence à Ilidor, votre première entreprise ?

Absolument pas ! Il s'agit de deux solutions différentes. Une petite agence comme Ilidor a toujours sa raison d’être. L’agence est gérée par une équipe compétente et il est probable qu'avec le temps Ilidor se concentrera de plus en plus sur le coeur de son métier : approfondir la sélection pour ceux qui n’ont pas l'envie ou pas le temps de faire eux-mêmes, ou assurer la gestion de dossiers parfois plus confidentiels. Les usagers y gagnent, car aujourd'hui ils ont le choix entre des fonctionnements différents, des tarifs différents, et tout cela multiplie les solutions. De plus : l'agence Ilidor ne concerne que le marché francophone.

Nomador propose une autre approche et ouvre d'autres horizons.

Vous êtes déjà membre et vous souhaitez compléter votre Profil sur Nomador? Lisez les conseils de cette page, puis : connectez-vous, cliquez sur votre pseudo en haut de page et complétez les différents onglets.

Vous avez publié une annonce et vous souhaitez des conseils sur la sélection des home-sitters? Cet article vous sera utile. Et si vous souhaitez compléter votre annonce : connectez-vous, cliquez sur "Mon annonce" en haut de page et complétez les différents onglets.

Vous parlez anglais ? Découvrez notre blog anglophone ! nous y partageons de belles histoires de personnes, de destinations, de voyages et d'animaux.

comments powered by Disqus